Analyse Transactionnelle

Qu’est-ce qui fait que l’on éprouve parfois le sentiment d’être un enfant face à un adulte lors d’une conversation avec un collègue, ou à un supérieur hiérarchique ? Comment arriver à changer ce positionnement grâce à l’Analyse Transactionnelle ?

  •  
  •  
  • Qu’est-ce que l’Analyse Transactionnelle ?
  • Les 3 états du “Moi” selon l’AT
  • Champs d’application en entreprise
  • Identifier les différents états du “Moi”
  • Transaction étudiées par l’AT

Cette théorie – parfois rencontrée sous le sigle “AT pour Analyse Transactionnelle – fut énoncée dans les années 50 par un psychiatre et psychanalyste d’origine canadienne, le docteur Éric Berne.

La théorie se base sur 3 principes établis :

► tout adulte a été un enfant, ► chaque être humain est d’intelligence,doué

► tout le monde a été élevé par des adultes, parents biologiques ou adoptants, figures éducatives référentes.

L’analyse transactionnelle étudie les éléments qui entrent en jeu dans les échanges relationnels – appelés “transactions” – entre deux ou plusieurs individus et énonce trois états différents du “Moi” dans ces derniers :

► Parent, ► Adulte, ► Enfant.

Ces derniers étant totalement indépendants de l’âge d’un individu, mais directement liés à son comportement.

Chaque individu est porteur de ces trois états à des degrés variant selon le moment, la situation, le contexte. Chacun des trois états pouvant prendre le pas sur les deux autres à tout moment.

Lorsque deux personnes interagissent l’une avec l’autre, leur façon de communiquer est influencée par l’état du “Moi” dans lequel chacun se trouve sur le moment.

Les 3 états du “Moi” selon l’AT

Parent

Cet état représente les pensées, émotions et comportements qu’un individu s’est appropriés en prenant modèle sur des figures parentales ou éducatives emblématiques.

Le parent, avec toute l’expérience accumulée au cours de sa vie, peut poser un regard critique sur tout ce qui diffère du point de vue qu’il a acquis quant au sujet en question.

Il peut se poser en modèle, en cadre de référence, en certaine norme. Il peut également se montrer nourricier, bienveillant et protecteur.

Le parent peut endosser deux rôles secondaires :

► Parent nourricier : soutien, protège, conseille, rassure, fait preuve de bienveillance, encourage, mais peut aussi contraindre, contrôler, materner, étouffer, se comporter en sauveur.

► Parent normatif : édicte les règles, dirige, moralise, mais peut également dévaloriser, critiquer, juger, sanctionner, persécuter, harceler.

Enfant

Cet état caractérise les pensées, émotions et comportements éprouvés dans l’enfance d’un individu se réincarnant dans l’interaction du moment.

L’enfant peut se montrer désobéissant ou en rébellion avec tout type d’autorité.

Il peut également se conformer, s’adapter, se soumettre aux demandes de son entourage.

Ses comportements sont prioritairement régis par les émotions qu’il éprouve spontanément face à une situation quelconque.

Un comportement type Enfant caractérise un individu réagissant sous l’impulsion de ses émotions primaires – joie, tristesse, frustration, etc. acquises dans la petite enfance – et attendant une réponse – satisfaction ou action – immédiate de la part de son interlocuteur.

L’enfant peut sages :ainsi revêtir divers visages. 

► Enfant adapté soumis : comédien aguerri, réagit en s’adaptant aux demandes de son entourage, attitude passive, souvent sur la défensive, peut se positionner en victime.

► Enfant adapté rebelle : frustré, en colère, contredit, critique, remet en cause les règles et autres pratiques, s’oppose systématiquement.

Enfant libre : électron libre, naturellement curieux et enthousiaste, sans filtre, il ose, prend des risques, mais peut se montrer brouillon ou insolent.

Adulte

Cet état qualifie les pensées, émotions et comportements pertinents qu’un individu éprouve à l’instant t – dans l'”ici et maintenant”.

L’adulte se comporte de manière rationnelle, recherchant la meilleure solution et le chemin le plus adéquat pour y parvenir.

Il réfléchit, analyse, évalue, recueille des informations, fait preuve de logique et d’objectivité.

Ses comportements sont un juste milieu entre l’instinct de l’enfant et le cadre du parent.

Il est capable de prendre des décisions en se basant sur des faits concrets et rationnels.

Il peut toutefois paraître froid ou trop sérieux.

Champs d’application en entreprise

► Corriger sa posture et maîtriser sa communication managériale :

se développer personnellement, s’affirmer dans son rôle de manager, poser des limites, gérer adéquatement différents types de personnalités, communiquer efficacement…

► Mieux communiquer différents interlocuteurs :avec ses

prendre conscience de ses barrières, mieux se connaître, développer sa confiance en soi pour mieux se positionner dans les interactions avec autrui…

Mieux appréhender les enjeux et dynamiques des relations interpersonnelles :

mieux comprendre les réactions, repérer les blocages, ramener les interactions sur un mode Adulte-Adulte…

► Gérer un conflit efficacement :

oser aborder les sujets délicats, désamorcer les tensions….

► Négocier :

contrats, rémunération, carrière, défendre ses opinions de manière constructive, etc.

Identifier les différents états du “Moi”

Une fois les bases concernant les 3 états assimilés et avec un minimum de pratique, il est relativement aisé d’identifier son propre état du moment ainsi que celui de ses interlocuteurs.

Le tableau ci-dessous reprend quelques caractéristiques que l’on peut retrouver dans chaque état.

La liste n’est pas exhaustive.

Transactions étudiées par l’AT

Les différentes interactions entre deux individus peuvent ainsi être de différentes natures.

Transactions complémentaires

Il s’agit d’interactions au cours desquelles les protagonistes s’adressent à l’état du moi dans lequel se trouve leur interlocuteur.

Situation 1 – Adulte-Adulte entre un manager et l’un de ses collaborateurs :

A1 (manager) : “Avez-vous tapé le compte-rendu ?”

A2 (collaborateur) : “Je suis en train d’en terminer la rédaction. Je vous le fais parvenir dès qu’il est finalisé”.

Situation 2 – A1 et A2, deux collègues travaillant sur un projet et faisant face à un dysfonctionnement quelconque au cours d’un projet :

A1 : “Ok, voyons ce qui a pu dérailler…”

A2 : “Oui, mettons-nous au travail. Reprenons les chiffres et solutionnons le problème.”

Situation 1 – Parent-Enfant :

A1 (manager) : “J’attends toujours que vous me tapiez ce compte-rendu ! Qu’est-ce que vous attendez pour vous y mettre ?!”

E2 (collaborateur) : “Je m’excuse. Je m’y mets tout de suite”.

Situation 2 Parent-Enfant :

P1 : “Reprends tes calculs… Tu as forcément commis une erreur !”

E2 : “Impossible ! Je ne me trompe jamais !”

Transactions croisées

Elles ont lieu lorsqu’un protagoniste s’adresse à un autre état du Moi de celui dans lequel se trouve son interlocuteur.

Situation 1

Question Adulte-Adulte – “Avez-vous tapé le compte-rendu de la dernière réunion ?”

Réponse Enfant-Parent sur un ton emporté – “Vous m’aviez donné demain comme échéance ! J’ai encore le temps de le faire !!!”.

Question Parent-Enfant -“J’attends toujours que vous me tapiez ce compte-rendu ! Qu’est-ce que vous attendez pour vous y mettre ?!”

Réponse Adulte-Adulte – “Avez-vous vérifié vos mails, je vous l’ai envoyé en fin de matinée”.

Situation 2

Question Adulte-Adulte : “Ok, reprenons tes chiffres et cherchons l’erreur…”

Réponse Enfant-Parent : “Ca va encore être de ma faute. Il faut toujours que tu m’accuses !!”

Transactions complexes

Il s’agit d’interactions plus complexes : transactions étant ou pouvant être perçues comme étant à double sens ou baisées (langage verbal incohérent avec le non verbal, insinuations diverses, etc.) ou transactions tangentielles (l’un des protagonistes élude ou répond à côté du sujet).

Dans le monde du travail, les transactions Adulte-Adulte sont généralement préférables aux autres.

Chacun interagit de manière posée, respectueuse envers son interlocuteur et constructive.

Il n’est toutefois pas toujours aisé de conserver cette relation d’état de moi adulte à adulte.

Par exemple, lorsqu’un collaborateur commet une erreur, le manager peut, sans en être pleinement conscient, glisser sur un mode de communication “Parent-Enfant” en formulant des critiques ou sermonnant ledit collaborateur.

Si ce dernier réagit en conservant le schéma Parent-Enfant (en réagissant sous le coup de ses émotions du moment ou en se confondant en excuses ob

séquieuses, par exemple), il y a de fortes chances pour que ce schéma Parent-Enfant perdure quelque temps entre le manager et son collaborateur.

De même, si un collaborateur formule une demande à son manager en s’excusant ou le priant de bien vouloir accepter, il se positionne en Enfant.

Le manager prendra généralement le contrôle de l’interaction en se plaçant en Parent. Sa réponse pourra alors être un “oui” réticent, dédaigneux ou paternaliste.

Si ces interactions ne sont pas toujours source de profonds malaises, elles sont toutefois rarement bénéfiques au travail.

En apprenant à décoder les différents états du moi lors de ses interactions avec ses collaborateurs, le manager s’assure d’une communication et d’une ambiance propices au travail et à l’efficacité individuelle et collective.

 

%d blogueurs aiment cette page :