Le jeûne, pourquoi ? Comment ?

Vous avez décidé de jeûner? Avant de vous lancer, quelques précautions sont de mise.

Veiller à être capable de le faire

Toutes les personnes ayant subi des troubles du comportement alimentaire, tels les obèses, les hyperphages (qui mangent trop), ou les anorexiques, ne peuvent pas s’y essayer, au même titre que les personnes fragiles psychologiquement et physiquement. «Les personnes trop minces ne peuvent pas non plus puisqu’elles n’ont pas assez de réserves de graisses, et cela pourrait endommager leur santé»

En termes d’âge, le jeûne est contre-indiqué pour les enfants et les personnes âgées, «ces dernières n’ont plus de défenses immunitaires et plus d’enzymes, il serait donc dangereux de faire cette diète au-delà de 60 ans»

Bon à savoir : le jeûne entraînera inévitablement une perte de poids, mais ce n’est en aucun cas son objectif. «On risque de diminuer son métabolisme, mais aussi de regrossir dès la reprise alimentaire»

Choisir son type de jeune

Il existe plusieurs variantes et il convient d’opter pour celle qui vous correspond le plus. «Il y a tout d’abord le jeûne aménagé (ou mono-diète), durant lequel on se nourrit d’aliments plus ou moins solides (soupes, bouillons), durant trois à sept jours. L’enjeu est de ne pas consommer plus de 450 calories et moins de 50g de glucides au quotidien». Ainsi, la mono-diète peut être une solution efficace pour débuter, surtout si l’on appréhende le fait de ne plus manger.

  1. Le jeûne moyen,

Entre huit et dix jours, est typique des retraites spirituelles et il est idéal pour offrir une véritable pause à l’organisme. Pendant la période, le jeûneur doit boire 1,5 litre de boisson par jour (de l’eau, du thé, ou du café non sucré), et ne doit pas comporter de jus de fruits ou de smoothies, qui risqueraient de stopper les bénéfices de la diète, en raison de leurs calories.

  1. Le jeûne long

Il se pratique entre 30 à 40 jours et nécessite un accompagnement médical.

Quand débuter ?

Le projet ne s’entreprend pas à la légère. Il est primordial de se sentir serein(e) et disponible aux changements. «Il n’y a pas de période spécifique dans l’année pour jeûner, mais il vaut mieux ne pas être stressée. S’arrêter de manger est déjà un réel facteur de stress, c’est pourquoi il faut éviter au maximum tout élément perturbateur», À savoir : pour tenir sur la durée, il est recommandé de pratiquer le jeûne en couple ou en groupe.

Le sport n’est absolument pas interdit durant la période, au contraire : «L’organisme est tout à fait capable de produire de l’énergie tout seul». Faire de l’exercice permet d’ailleurs d’occuper son esprit, et d’oublier la sensation de faim. Si vous commencez un jeûne durant l’été, préférez des activités en plein air comme des randonnées en groupe ou des marches. Les activités intenses comme le cardio, la musculation, ou le running sont à effectuer avec modération. Agissez toujours en fonction de votre forme. Vous pouvez également profiter des après-midis pour lire ou méditer.
Bon à savoir : «L’organisme s’habitue très vite à sauter un ou deux repas. Au bout de plusieurs jours, on ne ressent plus la sensation de faim et on peut même y percevoir une forme de plaisir».

Veiller au retour à l’alimentation à la normale

La reprise doit être lente et progressive : «L’organisme doit être réveillé prudemment. Ainsi, il faut recommencer à manger de légers potages ou des bouillons, puis réintégrer des aliments solides au fur et à mesure». Une reprise alimentaire trop rapide pourrait en effet entraîner des maux de ventre.

Les avantages d’un jeune

Le jeûne intermittent peut vous aider à perdre du poids et de la graisse du ventre

Beaucoup de ceux qui tentent le jeûne intermittent le font dans le but de perdre du poids (9).

D’une manière générale, le jeûne intermittent vous fera manger moins de repas.

Le jeûne intermittent améliore la fonction hormonale pour faciliter la perte de poids.

Les niveaux abaissés d’insuline, les niveaux d’hormones de croissance plus élevés et des quantités accrues de norépinephrine (noradrénaline) augmentent la répartition de la graisse corporelle et facilitent son utilisation pour l’énergie.

Pour cette raison, le jeûne à court terme augmente  effectivement votre taux métabolique de 3,6 à 14%, vous aidant à brûler encore plus de calories.

En d’autres termes, le jeûne intermittent fonctionne sur les deux côtés de l’équation des calories. Il augmente votre taux métabolique (augmente les calories dépensées) et réduit la quantité de nourriture que vous mangez (réduit les calories consommées).

Selon une étude de 2014, le jeûne intermittent peut entraîner une perte de poids de 3 à 8% en 3 à 24 jours .C’est énorme.

Il est constaté une réduction de 4 à 7% du tour de taille, ce qui indique une perte importante de graisse du ventre, c’est à dire la graisse nocive au niveau de l’abdomen qui peut provoquer des complications de santé.

Une étude a également montré que le jeûne intermittent a causé moins de perte de muscle que la restriction calorique continue.

Tout bien considéré, le jeûne intermittent peut être un outil de perte de poids incroyablement puissant.

Conclusion : Le jeûne intermittent vous aide à manger moins de calories, tout en augmentant légèrement le métabolisme. C’est un outil très efficace pour perdre du poids et de la graisse du ventre.