Troubles digestif du sportif

Beaucoup de sportifs se plaignent de problèmes digestifs pendant l’effort; voici des conseils pour moins souffrir de ballonnement, brulures d’estomac, etc.

Quelles sont les causes probables :

Les causes des troubles digestifs du sportif sont nombreuses, variées, s’accumulent et s’entremêlent souvent.

Voici les principales causes évoquées :

  • Ischémie mésentérique (défaut d’apport sanguin au système digestif) en raison de la redistribution du flux sanguin vers les muscles lors de l’effort au détriment de la circulation sanguine intestinale.
  • Micro traumatismes intestinaux par accumulation des micro chocs occasionnés par le ballotement intestinal lors de la course à pied par exemple ou par la compression de colon droit contre le muscle psoas lors de la flexion de hanche (football surtout).
  • Prise de médicaments (en particulier les anti-inflammatoires responsables de nombreux troubles digestifs).
  • Fermentation digestive des glucides. (Les fruits)
  • Alimentation non adaptée : boisson trop concentrée, boisson trop fraiche, aliment trop difficile à digérer, apport hydrique ou alimentaire trop important. Tous ces facteurs ralentissent la vidange gastrique.
  • Déshydratation (ralentissant la vidange gastrique).
  • Leaked gut syndrome ou modification de la perméabilité intestinale responsable d’un dysfonctionnement immunitaire intestinal permettant le passage anormal à travers la paroi intestinale de bactéries, de macromolécules, de toxines et de débris cellulaires. Ce leaked gut syndrome peut avoir plusieurs causes : prise de médicaments (anti-inflammatoires surtout), ischémie intestinale, pathologies chroniques (maladie de Crohn, maladie cœliaque ou intolérance au gluten…), alcool, carence alimentaire…

 Quels peuvent être ces troubles digestifs :

Chacun des symptômes suivants peut être expliqué par plusieurs des causes sous citées :

  • Douleurs abdominales (pouvant être consécutives à l’ischémie mésentérique, à la prise de  médicaments, à  la fermentation des glucides, à une alimentation mal adaptée…).
  • Diarrhées (pouvant résulter de l’ischémie mésentérique, de micro traumatismes, d’une     alimentation mal adaptée, du leaked gut syndrome…).
  • Vomissements (pouvant apparaitre en raison de l’ischémie mésentérique, d’une alimentation mal  adaptée, de la déshydratation…).
  •  Reflux gastro-œsophagien et « brûlures gastriques » (pouvant apparaitre en raison de l’ischémie mésentérique, d’une alimentation mal adaptée, de la prise de médicaments toxiques…).
  •  Hémorragie digestive à type de sang dans les selles (souvent microscopiques et non visibles) ou plus rarement de vomissements sanglants (souvent consécutive à l’ischémie mésentérique, à la prise d’anti- inflammatoires et à des micro traumatismes).

Des conseils alimentaires permettent d’éviter ou diminuer les problèmes digestifs rencontrés pendant l’effort.

Souvent, le sportif atteint par des troubles digestifs ne peut que stopper son effort ou bien en    diminuer l’intensité. Sur avis médical, il est possible de prendre des anti-acides pour lutter contre les reflux et « brûlures gastriques », un traitement anti-diarrhéique en cas de diarrhée. Cependant, le meilleur traitement des troubles digestifs du sportif est la prévention grâce au respect de quelques règles de base.

La prévention

  • Suivre un régime sans résidu et éviter les fibres (fruits et légumes) lors des 3 derniers jours avant une compétition.
  • Suivre un régime sans résidu et éviter les fibres (fruits, légumes) et les aliments difficiles (lipides, protides…) à digérer juste avant une séance sportive ou une compétition sportive.
  • Le dernier repas avant un effort intense doit être principalement composé de glucides faciles à digérer( complètes).
  • Respecter un intervalle de 3 heures entre le dernier repas et un effort sportif.
  • Boire abondamment et surtout des boissons pour le sport dont la teneur en glucides optimisera le fonctionnement intestinal.
  • Éviter de boire trop froid et/ou trop d’un coup (la température idéale de la boisson est de 10 à 15°, la quantité idéale est une gorgée toutes les 10 minutes ou 2-3 gorgées toutes les 15-20 minutes).
  • Éviter les boissons trop concentrées en glucides (soda).
  • Éviter l’abus de caféine.
  • Éviter les anti-inflammatoires.
  • Faire une cure de pro biotiques (parfois associés à des pré biotiques) afin de renforcer la flore digestive.
  • Être progressif dans l’effort afin de limiter les dégâts dus à la redistribution de la circulation sanguine.
  • S’entrainer régulièrement afin d’habituer son organisme à l’effort et en profiter pour apprendre à boire lors d’un effort.
  • Se méfier des atmosphères trop chaudes.
  • Éviter les vêtements trop serrés sur le ventre.